Orgaïam en français

Pour ceux qui ont connu mon site dans sa version française depuis 2014, désolée pour cette nouvelle, mais j’ai perdu ce dernier… C’est d’autant plus triste qu’il reposait sur un blog aux articles fournis, approfondis et intéressants sur le “bio”.
Vous m’en voyez la première navrée. Je le refais prochainement, bien que les anciens articles (j’ai uniquement les titres et les images) soient vraiment une perte.
Restons zazen et reprenons le chemin.

Merci de votre compréhension et de votre patience…

L’histoire :
lorsque j’ai créé ma carte des restaurants biologiques dans le monde, j’avais l’embarras du choix et la logique aurait été de retrouver le mot “resto”, “restau” ou “restaurant” dans le nom de domaine.
Or j’ai opté pour la création d’un nom original parce qu’il existait déjà des tonnes de noms avec les mots organic ou bio, sans parler des restaurants. Je n’ai pas eu peur d’avoir du mal à le référencer.

Ma réflexion a laissé envisager de voir plus large et de répertorier aussi à terme les fermes bio et les magasins et autres épiceries. Partant de là, il me fallait un nom plus générique.
Comme j’aime beaucoup ce qui a du sens ET les jeux de mots, j’ai créé orgaïam qui était libre partout (ndd et réseaux).

J’ai ainsi construit cette appellation qui signifie organic i am (je suis bio) et prononcé [orga i am] en anglais. On peut voir “gaïa”, placé symboliquement au centre, comme un clin d’œil. Enfin le son “iam” à la fin du nom, peut renvoyer inconsciemment à “miam”. Au moins, je suis sûr qu’il est unique.

Jusqu’à l’automne 2016, mon site en français était très bien référencé, grâce entre autres à mes balises et surtout à mes nombreux articles de fond proposés sur le blog (sur 100 % de bio dans les cantines et les hôpitaux, sur le bio dans les grands groupes de la Silicon Valley, sur l’agriculture biologique depuis ses débuts et l’idée de label de resto bio (avec la suède en exemple). Bref, de l’or je vous dis.  C’est la vie.

Ceux qui s’en souviennent avaient pu découvrir tous les labels bio certifiés dans le monde, les différentes définitions entre les modes de vie : végétarien, végétalien, les notions de vegan et de gluten… Le fait par exemple qu’un restaurant végétarien n’était pas forcément bio, etc. Des articles dans toutes les grandes largeurs. Bon, j’arrête de me retourner le couteau dans la plaie. Je le recommence car les Bretonnes sont têtues.

L’aspect positif est que les Anglo-Saxons continuent de visiter la carte, la version anglaise et les réseaux sociaux attenants. Des Américains et des Russes apprécient mon travail. Merci à eux.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail